Forfaits    Hébergement    Espèces de poissons    Directions    Cartes topographiques    Photos/Vidéos    Tarifs    Contacts


Esox lucius dit grand brochet du nord:

Il vient au troisième rang, pour sa valeur, des espèces d'eau douce capturées commercialement dans le nord-ouest du pays. Comme poisson faisant l'objet de la pêche sportive, sa réputation varie selon l'endroit. Poisson combatif, fort et tenace, il attire chaque année à certains endroits un grand nombre de pêcheurs à la ligne. Ailleurs, on le considère comme une peste qui dévore de grandes quantités d'autres poissons prisés par les pêcheurs sportifs, tels que la truite, l'achigan et la perche.

Le grand brochet est la terreur des eaux douces. Caché en bordure d'un fond couvert de végétation, il s'attaque aux animaux assez imprudents pour pénétrer dans son domaine. Il a un appétit insatiable, consommant poissons, jeunes oiseaux aquatiques et grenouilles. Le grand brochet de taille moyenne capturé commercialement mesure entre 50 et 75 cm de longueur et pèse entre 0.9 et 2.3 kg. Des spécimens pesant entre 6.8 et 9.0 kg ne sont pas rares. Le record pour le Canada est un poisson de 19.4 kg qui fut capturé en Saskatchewan en 1954.

Les individus de cette espèce ont un corps long, élancé et puissant ainsi qu'un museau long, large et aplati. Les nageoires dorsale et anale sont placées très loin sur le corps, près de la queue. Le plafond et les mâchoires de sa grande bouche montrent de larges bandes de dents acérées et pointues.

Sa livrée se confond parfaitement avec les alentours. La couleur du dos et de la partie supérieure des flancs va du vert au brun olive, devenant plus pâle sur la partie inférieure des flancs et passant au blanc jaunâtre sur l'abdomen. Les flancs des adultes sont marqués de rangées longitudinales de taches en forme de fève allant du jaune au blanchâtre. Les écailles de ce poisson sont très petites et, bien que les joues soient recouvertes d'écailles, la moitié inférieure des opercules en est dépourvue.

Sa distribution étant circumpolaire, il fréquente les eaux de la partie septentrionale de l'Europe, de l'Asie et de l'Amérique du Nord. En Amérique du Nord, il est répandu de l'Alaska jusqu'au Labrador et vers le sud jusqu'au nord des États de la Nouvelle-Angleterre, du Missouri et du Nebraska. Il se rencontre dans les rivières et les lacs à la grandeur du Québec, de l'Ontario et des provinces des Prairies, dans la partie nord-est de la Colombie-Britannique, ainsi qu'au Yukon et dans les Territoires du Nord-Ouest. Son habitat préféré est ordinairement la rivière à eau chaude, à courant faible et à végétation dense ou la baie couverte de végétation d'un lac.

La pêche se pratique en hiver et en été, les prises commerciales les plus importantes provenant du Manitoba suivi de la Saskatchewan, la plupart étant capturées accidentellement au cours d'autres activités de pêche au filet maillant, au filet-trappe et à la senne. Les pêcheurs à la ligne le pêchent à la trame avec des cuillers ou d'autre leurres artificiels et en utilisant des poissons appâts.

La chair du grand brochet est ferme, blanche et à texture fine. Il est vendu frais ou congelé comme poisson entier et en filets. Pour le goûter à sa pleine saveur, on recommande d'enlever la peau avant de le faire cuire.




Salvelinus namaycush dit Truite Grise ou Truite de Lac:

Les grises fréquentent les eaux profondes presque toute la saison estivale tout simplement parce que les eaux peu profondes sont trop chaudes. En hiver, l'eau est froide à toutes les profondeurs. Les touladis ne sont plus reclus dans les profondeurs, ils vont où se trouvent leurs principales sources de nourriture.

À la dandinette, les touladis s'emparent généralement du leurre lorsque celui-ci redescend. La touche peut alors être très subtile. Il faut observer attentivement votre fil, le moindre mouvement anormal doit être immédiatement suivi d'un ferrage de la part du pêcheur. Une grise est rarement seule; habituellement deux ou trois congénères rodent aussi dans les environs. En général, la pêche le matin donne de meilleurs résultats qu'en après-midi. Les plus gros spécimens se capturent en profondeur dans les fosses.

Évolution de la qualité de la pêche au cours de la saison de pêche blanche: Premières semaines de janvier : Excellente; Fin janvier et début février : moins bonne; Mars : Excellente. Les grises qui se maintiennent à de grandes profondeurs sont inactives et la seule façon de les capturer est de les provoquer.


Salvelinus fontinalis dit l'omble de fontaine:

Synonymes: Truite mouchetée, Truite de mer, Truite de ruisseau - Brook Charr, Speckled Trout, Sea Trout, Coaster, Native Trout.

Classification

Classe: poissons Ordre: salmoniformes Famille: salmonidés (saumon, omble)

Description physique:

L'Omble de fontaine mesure en moyenne entre 20 et 30 cm de long et pèse environ 3 kg. Dans certains plans d'eau, il peut atteindre une taille plus grande. Son corps est allongé et modérément comprimé latéralement. Sa bouche est grande et comporte des dents sur les mâchoires, la langue et le palais. L'extrémité de la nageoire caudale est typiquement carrée ou très légèrement fourchue. Des motifs marbrés très apparents ornent la nageoire dorsale, ainsi que le dos, alors que des taches pâles parent les flancs. La coloration générale de l'Omble de fontaine est très variable selon l'habitat. Le dos des individus d'eau douce va du vert olive au brun foncé, parfois presque noir. Les flancs sont pâles et généralement marqués de points rouges cernés de bleu. Avant qu'ils ne gagnent l'eau douce, les individus d'eau salée ont le dos bleu ou vert, et les flancs argentés. Au moment du frai, toutes les couleurs deviennent plus intenses, la partie inférieure des flancs et le ventre revêtant, chez le mâle, une livrée rouge orange avec pigmentation noire. Les jeunes portent 8 à 10 marques sur les flancs.

Habitat et alimentation:

L'Omble de fontaine est une espèce endémique de l'est de l'Amérique du Nord. Mais il a été introduit un peu partout, tant au Canada qu'ailleurs dans le monde. Au Québec, il est répandu aussi bien dans les eaux intérieures que sur les côtes du Saint-Laurent, celles de la baie d'Ungava, de la baie d'Hudson et de la baie de James. Les populations d'eau douce recherchent les eaux fraîches (température inférieure à 20oC) et claires des ruisseaux, des rivières et des lacs bien oxygénés. Les populations anadromes vivent dans les estuaires et les eaux côtières. L'Omble de fontaine est carnivore. Son régime, très varié, inclut des vers, des crustacés, des insectes, des araignées, des mollusques, des grenouilles et des poissons (ménés, épinoches, éperlans, petites anguilles).

Reproduction:

Période du frai: fin d'août à décembre

Nombre de pontes par année: variable

Nombre d'oeufs par ponte: 100 à 5 000

Délai avant l'éclosion: 50 à 100 jours

Au Québec, l'Omble de fontaine fraie tard en été ou en automne, suivant qu'il se trouve plus au nord ou au sud. Le frai a généralement lieu sur des fonds de gravier, en eau peu profonde, à la tête d'un cours d'eau. Il peut aussi se produire sur les hauts-fonds graveleux des lacs, où il y a une remontée d'eau de source et un courant modéré. Une fois sur place, grâce à de rapides mouvements de la nageoire caudale, la femelle débarrasse le fond des débris présents et se crée ainsi un nid. Pendant ce temps, le mâle tourne autour d'elle. Il y a ensuite pontes et fertilisations des oeufs entrecoupées de périodes de repos. Puis la femelle recouvre les oeufs de gravier. Ceux-ci mesurent entre 3,5 et 5,0 mm de diamètre chacun. Selon la taille de la femelle, ils peuvent être au nombre de 100 à 5 000. Ils mettront entre 50 et 100 jours avant d'éclore, dépendant de la température et de la tension d'oxygène de l'eau. Après éclosion, les alevins séjournent dans le gravier jusqu'à ce que le contenu de leur sac vitellin soit résorbé. Au printemps, ils commencent à nager librement dès qu'ils ont une longueur d'environ 38 mm. Leurs écailles apparaissent lorsqu'ils atteignent près de 50 mm. La plupart n'acquièrent la maturité sexuelle que vers l'âge de 3 ans. Moeurs L'Omble de fontaine fraie le jour. Pour gagner les frayères, les poissons matures doivent parfois remonter un cours d'eau sur une distance de plusieurs kilomètres. Les mâles arrivent habituellement avant les femelles et sont souvent plus nombreux qu'elles. Lorsqu'ils sont accompagnés d'une femelle, les mâles deviennent particulièrement agressifs. Mais même seuls, il leur arrive de défendre un territoire. Pendant la saison du frai, mâles et femelles peuvent frayer avec différents partenaires. Un couple n'admet toutefois aucun intrus à proximité pendant la copulation.

Lorsque les eaux superficielles du cours qu'il habite deviennent trop chaudes, l'Omble de fontaine peut descendre à des profondeurs de 4,6 à 8,2 m, ou encore se déplacer vers d'autres nappes d'eau souvent plus considérables.

L'hiver représente pour l'Omble de fontaine une période d'activité ralentie. Les adultes mangent parfois des oeufs ou des jeunes de leur propre espèce. Les autres prédateurs ne manquent pas. Outre l'homme, on compte en effet le martin-pêcheur, les harles, la loutre, le vison, l'anguille, la perchaude et le brochet maillé. Plusieurs parasites peuvent aussi infester l'Omble de fontaine. C'est pourquoi cette truite dépasse rarement 12 ans en milieu naturel.

Statut de l'espèce:

L'Omble de fontaine est d'abondance élevée à très élevée dans les régions de Québec, du Saguenay et de la Côte-Nord. Son abondance apparaît un peu moins élevée en Mauricie, dans les Bois Francs et partout ailleurs au Québec, sauf en Estrie où elle est nettement plus faible.
 

© Copyrights Domaine Pipmuacan 2018

Haut de la page